14 avril 2010

ETAPE 54

Cuneo – Bedoin (324 km)

Superbe cadeau au réveil pour cette dernière étape : un ciel azuré sans défaut et un horizon de montagnes immaculées. Magnifique !

Par contre, la neige620 descend jusqu’à 700 m et le col de la Madeleine frôle les 2 000 m. Sera-t-il ouvert ? Par ailleurs, il fait à peine 15°c au soleil. Lorsqu’on enlève les 15°c que le vent de la moto arrache en passant, ainsi que les 1°c par tranche de 100 m en gagnant en altitude, il n’en reste pas beaucoup avant de ressembler à Mister Oetzi. Tant pis, je m’arrêterai tous les quart d’heure pour réchauffer mes doigts engourdis. L’équipement saharien montre ici ses limites…

La route s’enfile peu à peu dans les montagnes qui se resserrent. L’ubac porte toujours son manteau blanc tandis que l’adret a revêtu le noir de ses rochers. Un dernier cappuccino, le plus grand ! Les falaises se penchent sur les villages aux toits inclinés. Ma mobylette rouspète un peu mais relève le défi et gravit patiemment les lacets qui s’enchainent. Le fond de la vallée s’éloigne mais les sommets semblent s’écarter pour en dévoiler à chaque fois de plus hauts, de plus blancs.

Et puis, pour quelques mètres, la route devient plate. Un panneau « France » au bord de la chau623ssée. 15 000 km pour venir le saluer. Etrange mélancolie.

Trois motards Italiens qui m’avaient laissé sur place lors de l’ascension, viennent s’étonner de la petitesse de ce cylindré si haut perché. Apprenant l’origine des trois lettres RCA de la plaque d’immatriculation, ils sortent leur appareil photo. Voici certainement la première moto centrafricaine à franchir les Alpes !

La suite de la journée ne fut qu’une longue glissade, le long de la vallée de l’Ubaye, du lac de Serre Ponçon, puis de la Durance, avant de bifurquer vers le Mont Ventoux.

Une belle page se tourne…

Rendez-vous au même endroit, ici ou ailleurs, pour un nouveau départ dans quelques semaines?

.

.

.

.

« Dans les cartes postales qu’il expédiait depuis les gares traversées, il décrivait à grand renfort d’exclamations les instantanées qu’il avait découverts par la baie du wagon, et c’était comme d’émietter pour le jeter à l’oubli le long poème de la fugacité. »

Gabriel Garcia Marquez

Cent ans de solitude

.

.

.

Posté par LoinAilleurs à 12:54 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires sur ETAPE 54

    Une pensée

    Oui, une pensée pour toi à la fin de cette très belle aventure.
    C'était formidable de suivre tes roues tout au long de ce magnifique périple. C'était un beau film en "panardvision", une belle échappée.
    Tes derniers commentaires sont teintés d'une légère nostalgie bien compréhensible car elle touche aussi tes fidèles lecteurs.
    Mais, je sens que tu as bien compris qu'une fin n'est jamais que le commencement d'autre chose, la possibilité de rêver déjà à de nouveaux paysages. "Abandonner pour conquérir", comme disait St-Exupèry.
    Alors, comme d'autres, j'attendrais le retour des merveilleuses aventures du rêveur sur son petit cheval rouge à moins que pour la suite, tu décides de changer de monture.
    Merci encore pour tes commentaires vivants et les photos lumineuses.
    En espérant que les raisons de ce retour en France ne soient pas négatives, je te salue et te souhaite le meilleur pour les "demains".
    Quand je pense que tu n'avais jamais roulé à moto avant ces 15.000 kms, je suis vraiment admiratif.
    Un pote virtuel,

    Stéphan.

    Posté par Stéphan Colman, 22 avril 2010 à 12:50 | | Répondre
Nouveau commentaire