09 avril 2010

ETAPE 49

Soverria Mannelli – Palinuro (297 km)

Petit déjeuner solitaire dans une immense salle vide mais apprêtée comme pour un festin. Ne manquent que les convives… Rapidement, je fuis le château de l’ogre et retourne chercher mes petits cailloux au milieu des bois. Ciel gris et bas, routes désertes et tortueuses, la forêt noir ne me convient pas, je préfère le mille-feuille à la Policastro !

A propos de gâteau, entrer dans une pâtisserie italienne est un horrible supplice de tantale. Heureusement, comme j’ai une volonté de fer, je n’en achète jamais plus de trois à la fois ! Par contre, n’en parlez pas à mon diététicien, mais certains jours, je ne me nourris que chez elles… C’est bon pour le moral !

Retour donc s568ur la côte et retrouvailles avec le soleil. Douce sieste sur un banc tandis que ma mobylette discute avec les anciens du village en rêvant devant les flots. Ils parlent peut-être ouvrages d’art ? Il y a en effet deux approches pour construire une route de montagnes. Il y a la méthode classique, en nouant et dénouant de nombreux lacets et en fixant le tout avec quelques épingles à cheveux. Et puis il y a la méthode italienne, qui ne s’encombre pas du relief, et trace de grandes lignes droites, ce qui donne une succession pratiquement ininterrompue de ponts et de tunnels ! Ils sont les rois des viaducs, d’ailleurs ! Ils ont bien retenu la leçon des Romains…

Et en roulant, je me posais une question. Etant donné que chaque ouvrage est baptisé, existe-t-570il une équipe dont l’unique travail serait de trouver ces noms ? Ca doit en faire plusieurs (dizaines de)milliers ! Il faut une sacré imagination ! Et, par ailleurs, tous ces patronymes sont ils répertoriés dans une commune base de données afin d’être certain qu’aucun d’eux ne puisse être doublement employé ? Tenez, au hasard, prenons le Ponte Vecchio sur lequel je suis passé ce matin. Situé à 12,7 km au nord de Maratea, sur la S 18, il mesure 32 m de long et enjambe un petit ruisseau. Imaginons qu’un ingénieur vienne un jour effectuer une étude technique et décide que celui-ci a été fragilisé par un glissement de terrain et nécessite d’être remplacé par une structure en béton armé. Il effectue son cahier des charges et envoie le tout au Ministère de l’Equipement, Bureau des Validation de la Direction Ponts et Chaussée, Section Ouvrages d’Art, Département Viaducs, Subdivision du Sud, à côté de la machine à café. Le fonctionnaire, qui vient de se rendre compte qu’il a invité sa femme à l’opéra le même soir que sa maîtresse au théâtre, signe le document sans y réfléchir et le transmet, par erreur, à la Subdivision du Nord. Si, par mégarde, un autre pont porte le même nom, quel gaspillage !

Enfin voilà, à présent, vous voici informés des réflexions métaphysiques qui me traversent l’esprit au guidon de mon bolide tout en remontant lentement la fine gambette italienne.

Sur ce, je vous laisse pour aller admirer le573 magnifique coucher de soleil qui enflamme les vagues. Bonne soirée !

Posté par LoinAilleurs à 20:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


Commentaires sur ETAPE 49

Nouveau commentaire