20 janvier 2010

ETAPE 10

Waza – N’Djaména (180 km)

Huit têtes tachetées aux longs cils observent ces intrus qui piétinent leur petit déjeuner de bon matin. Puis,0085/. lorsque ces fourmis s’approchent un peu trop, elles s’éloignent de quelques mètres en longues enjambées onduleuses, s’arrêtent, et reprennent leur observation. Qui observe qui ?

Cependant, en dehors de ces belles girafes, nous n’aurons rien vu d’autres que quelques antilopes et des oiseaux. Décevant. Ce parc est bien vide.

0087Alors nous reprenons la route, moi en moto et Ptiluc en pick-up, l’harmattan de face, déstabilisant. Le ruban d’asphalte, rectiligne, forme une espèce de digue qui coupe en deux une immense plaine certainement inondée durant la saison des pluies, mais actuellement simplement tapissée d’herbes jaunes et cassantes. Les kilomètres défilent rapidement et voici Kousseri, la frontière avec le Tchad.

Imaginez la frontière principale entre deux pays, l’ensemble des produits manufacturés de l’un étant importés du second par la route. Imaginez le trafique intense que cela représente, les dizaines et dizaines de camions surchargés, les taxis près à s’affaisser, les norias de motos qui se glissent dans le moindre interstice. Et maintenant, imaginez un seul pont, à voie unique, entre ces deux pays. Ca donne une pagaille monstrueuse ! Des files interminables de véhicules, sur des kilomètres. Un foutoir monumental.

Côté camerounais, la sortie du pays s’effectue sans problème et avec rapidité. Une mention spéciale, à ce sujet, aux forces de sécurité camerounaises que nous avons croisées tout au long de la traversée du pays. Police, gendarmerie, douanes, eaux et forêts… tous les fonctionnaires rencontrés ont été aimables, efficaces et honnêtes, bien souvent se contentant de nous saluer de la main aux contrôles, sans nous arrêter. Quel changement par rapport à la RCA !

0089_Entr_e_au_TchadEt avec le Tchad… où les douaniers semblent complètement perdus dans des formalités qu’ils ne maîtrisent pas du tout ! Grâce à notre aide pour les aider à remplir les formulaires, nous n’avons pas du y passer « plus » de deux heures mais que de surprises !

Fin d’après-midi à N’Djaména, où nous sommes reçus par le 1er secrétaire de l’Ambassade de France, le contact de Ptiluc, dans une grande maison blanche et aérée, ombragée. Sa femme nous cuisine rapidement un bon petit repas. Nous sommes choyés !

Puis je rejoins mes anciens collègues d’ACTED qui, tout comme à Bangui, m’hébergeront pour quelques jours. Plaisir de retrouver d’anciennes connaissances et d’en rencontrer de nouvelles ! Souvenirs… souvenirs… 

Posté par LoinAilleurs à 16:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires sur ETAPE 10

Nouveau commentaire