03 janvier 2010

Premiers pas

-4°c. La nuit est blanche. L’herbe craquante, gelée.  6.30. Gare de Lozanne. Il n’y a pas de train. Le voyage commence par une grève. Nous sommes encore en France… Heureusement qu’il reste suffisamment de temps pour attraper le TGV à Lyon ! L’autoroute est déserte.

Gants et bonnets, écharpes. Sur le quai, les passagers cachent leurs mains engourdies dans leurs poches et leur visage derrière la buée. Une lumière approche. Un train entre en gare dans l’aube laiteuse.0001_Lyon

Dégradés de gris. Arbres sombres et dénudés.  La campagne endormie défile derrière les fenêtres. Au chaud dans les compartiments, quelques enfants s’amusent avec leurs nouveaux cadeaux. Les autres dorment. Quelques toux. L’année commence en silence.

Roissy – Charles de Gaulle, le nid des grands oiseaux. « Transport de batterie interdite » indique un autocollant sur le comptoir d’embarquement. Tant pis, je ne dis rien. On croise les doigts ! Attente… A chaque grésillement du micro, je serre les fesses. Mais non, ce n’est jamais mon nom qui résonne. Inch’allah !

0005Décollage. Cris des enfants : « Le désert ! Le désert ! ». Au dessus de Paris ? Le réchauffement climatique s’est sacrément accéléré ces dernières semaines ! La météo se venge de l’échec de Copenhague ? Rien de tout cela mais une magnifique mer de nuages que nous survolons longuement tandis que la France se cache dans la grisaille. Puis la Sicile se découpe dans la Méditerranée avant de laisser la place à la terre africaine et au sable Libyen. (Re)passerai-je par ici dans quelques semaines ?

Une lune rousse monte lentement dans le noir. Sur l’écran de mon siège, un Sahara numérique défile lentement sur la carte de notre vol.

Tripoli – Bangui, 4h.

Nous prévoyons deux mois pour le retour. Sans plateau repas. Mais certainement avec de nombreuses lucioles qui scintilleront tout là-haut, lorsque nous serons tout en bas.

Et toujours la lune comme compagne.

Minuit. Officiellement, 23°c. Certainement un petit peu plus et avec le taux d’humidité, c’est la transpiration assurée ! Contrôle de police, douanes. RAS. Petit moment d’incertitude en fixant le tapis roulant. Batterie ? Pas batterie ? Un 1er sac, avec les vêtements. Les minutes s’écoulent. Et le 2nd qui se pointe ! Ptiluc va pouvoir démarrer sa moto ! Il ne reste plus qu’à le retrouver ! Il est là, quelque part dans cette ville endormie. Nous n’avons pas de téléphone, ni l’un ni l’autre, mais nous finirons bien par nous croiser à la terrasse d’un café ou au coin d’une rue ! En attendant, direction un bon petit lit avec moustiquaire !

Posté par LoinAilleurs à 11:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires sur Premiers pas

Nouveau commentaire